Haro sur l’alcool ou la drogue au volant!

Mai 10, 2018 | 2018, Campagnes, Semaine nationale de la sécurité sur la route

Vous devez être en pleine possession de vos moyens lorsque vous conduisez un véhicule, quel qu’il soit. Vous devez pouvoir réagir rapidement, être constamment à l’affût de ce qui vous entoure et faire preuve d’une extrême vigilance. C’est tout un art.

Et pourtant, les Canadiens trouvent trop souvent des raisons justifiant leur conduite en état d’ébriété dû à l’alcool ou à la drogue. Pour marquer la Semaine nationale de la sécurité sur la route, qui aura lieu cette année du 15 au 21 mai, le Conseil canadien de la sécurité désire mettre l’accent sur l’importance d’être pleinement lucide lorsqu’on conduit.

Selon Statistique Canada, 72 039 cas de conduite avec facultés affaiblies ont été rapportés par la police en 2015. Ce taux (201 cas pour 100 000 habitants) est le plus faible enregistré depuis que des données sur cette question ont été recueillies pour la première fois en 1986.

Cependant, près de 3 000 de ces cas étaient attribuables à la drogue, chiffre qui a doublé depuis 2009, date à laquelle les premières données sur la conduite avec facultés affaiblies par la drogue ont été enregistrées. Sans grande surprise, les deux substances les plus couramment détectées chez les automobilistes qui se tuent en voiture au Canada sont l’alcool et le cannabis respectivement.

Ces deux substances peuvent avoir des effets différents sur les automobilistes. L’alcool, par exemple, a un effet antidépresseur et ralentit le système nerveux central, ce qui a pour résultat d’émousser les réflexes et d’affaiblir la coordination entre l’œil et la main, le jugement et la concentration, aptitudes qui sont toutes d’une importance capitale lorsqu’on conduit.

En revanche, le cannabis peut avoir un effet sur les fonctions motrices, y compris les mouvements du corps, l’équilibre et la coordination. La notion du temps est aussi affectée, ce qui peut causer des problèmes. Les automobilistes aux facultés affaiblies par la drogue tenteront souvent de neutraliser les effets négatifs du cannabis en conduisant plus lentement et plus méthodiquement, ce qui peut alors amener un conducteur à demeurer arrêté à un feu de circulation ou à un panneau d’arrêt plus longtemps qu’il n’est raisonnablement nécessaire et cette imprévisibilité peut entraîner une collision.

Il est aussi important de noter que l’alcool et le cannabis peuvent avoir un effet multiplicateur, ce qui signifie qu’un automobiliste qui a consommé et de l’alcool et du cannabis peut avoir des facultés beaucoup plus affaiblies que quelqu’un qui a consommé soit l’un soit l’autre.

Le sentiment d’avoir des facultés affaiblies peut parfois être trompeur. Péchez par excès de prudence. Ne prenez pas le volant. Pour dire les choses crûment, rien ne peut justifier une conduite avec facultés affaiblies. Pourquoi mettre votre propre vie, et celle des autres usagers de la route, en danger? Il existe bien d’autres solutions. Soyez prévoyant. Désignez un conducteur, appelez un taxi ou restez là où vous êtes et cuvez votre ébriété.

– 30 –

Pour de plus amples renseignements, veuillez vous adresser à :
Lewis Smith
Gestionnaire, Projets nationaux, Conseil canadien de la sécurité
(613) 739-1535, poste 228

Share This