Chaudes discussions sur l’eau chaude

Cet article provient de l’archive de juin 2005. Bien que tout effort ait été pris pour assurer la précision de l’information présenté, veuillez noter que certaines informations pourraient être hors date.

Dans la plupart des foyers au Canada, les chauffe-eau sont réglés à 60° C (140°F). Depuis de nombreuses années, cette température est la norme. Toutefois, l’eau réglée à 60° C peut causer, en six secondes, des brûlures du troisième degré chez la plupart des adultes. Les brûlures du troisième degré sont les blessures les plus sérieuses; elles endommagent toutes les couches de l’épiderme. 

Les échaudures

À cause de leur peau délicate, les jeunes enfants peuvent se faire sérieusement brûler par l’eau chaude du robinet en seulement une seconde. Les aînés et les personnes handicapées sont aussi plus susceptibles à des brûlures sérieuses. Ces échaudures font très mal. Pour un bambin, une brûlure sérieuse peut exiger des greffes de peau sur une période de plusieurs années. Une personne âgée peut même mourir à la suite d’une échaudure. 

Le Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT) a analysé 830 incidents d’échaudures parmi les enfants qui se sont rendus aux hôpitaux participants en 1999. Même si le SCHIRPT n’explique pas la gravité des blessures, les données sur le traitement indiquent que les échaudures étaient souvent sérieuses. Un nombre beaucoup plus important de brûlés que la moyenne des patients ont dû recevoir un suivi (66 p. cent comparativement à 34 p. cent pour toutes les blessures dans la base de données de 1999). Les admissions étaient aussi beaucoup plus élevées (10 p. cent comparativement à sept p. cent pour toutes les blessures).   

Les boissons et les aliments chauds ont compté pour 73 p. cent de toutes les échaudures. L’eau chaude du robinet a été responsable de sept p. cent et les trois quarts de ces blessures ont été sur des enfants de moins de cinq ans. 

Pour prévenir les échaudures, les défenseurs de la prévention des blessures ont fait du lobbying pour que les cadrans sur les chauffe-eau des foyers soient réglés à 49° C plutôt qu’à 60° C qui est la norme reconnue. Quelques pays à l’extérieur du Canada mandatent l’établissement à 49° C et ils ont connu une diminution du nombre d’échaudures. 

Les bactéries

En 2000, le désastre de Walkerton a communiqué un message clair sur la sécurité de l’eau potable au Canada. Bien que les normes fixées pour l’eau chaude au foyer doivent tenir compte de la prévention des échaudures, elles doivent aussi aborder un vaste éventail de questions de santé et de sécurité publiques. Pour minimiser la contamination par bactérie, l’eau doit être entreposée à 60° C ou plus.

Par exemple, les températures inférieures à 50° C peuvent augmenter le risque de la maladie des légionnaires, une forme de pneumonie, attribuée à la croissance des bactéries dans le réservoir. La maladie est causée par la bactérie Legionella qui vit dans l’eau. La température est un facteur critique pour permettre à la Legionella de croître. Entre 40° et 50° C, le risque de colonisation dans les réservoirs à eau chaude est important.  

Le plus souvent, la bactérie Legionella entre dans les poumons à cause de l’aspiration. (Aspiration veut dire s’étouffer assez que les sécrétions dans la bouche court-circuitent les réflexes d’étouffement et entrent dans les poumons). Boire de l’eau contaminée n’est pas une grande cause de la maladie des légionnaires. 

Les Centers for Disease Control and Prevention estiment que 8 000 à 18 000 Américains contractent la maladie chaque année. De cinq à 30 p. cent des cas sont mortels. Bien que le Canada ne dispose pas de statistiques nationales, Hydro-Québec rapporte que près de 100 personnes sont hospitalisées pour une pneumonie attribuable à la contamination des chauffe-eau résidentiels chaque année dans cette province.

Changements en suspens 

En 2001, la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies (CCCBPI) a été informée que l’Association médicale canadienne avait adopté une résolution exhortant les gouvernements provinciaux et territoriaux à amender les codes du bâtiment et de la plomberie actuels pour exiger l’établissement par défaut des chauffe-eau dans les nouvelles résidences à un maximum de 49° C afin d’assurer la sécurité des enfants et des aînés qui sont victimes d’échaudures.   

La CCCBPI a demandé au comité permanent des installations techniques de bâtiments et de plomberie de se pencher sur le problème des échaudures et de recommander que des changements soient apportés au Code national de la plomberie au Canada. 

Pour rendre ses décisions, le comité permanent des installations techniques de bâtiments et de plomberie est responsable d’équilibrer les inquiétudes au sujet de tous les risques connus. Le processus adopté pour apporter des changements au Code examine scrupuleusement toutes les incidences possibles des changements proposés. Ce niveau de précaution et de consensus est crucial pour la santé et la sécurité des Canadiens. 

Le comité permanent n’a pas recommandé de réduire la température maximale pour les chauffe-eau. Il a plutôt recommandé que la température maximale de 49° C soit programmée aux sorties de montage dans les locaux d’habitation à l’exception de l’installation des lave-vaisselle ou des laveuses à linge.  Des valves de mélange compensatoire automatique à chaque raccord ou une valve de mélange maîtresse pourraient être installées pour atteindre cet objectif. Le changement, qui aurait été en vigueur pour les nouvelles constructions devait apparaître tant dans le Code national de la plomberie (CNP) et le Code national du bâtiment (CNB) en 2005. 

En 2003, au cours de la consultation publique sur les modifications proposées pour le CNP et le CNB 2005, l’industrie et certains gouvernements provinciaux se sont opposés à la proposition du comité. Les parties ayant les plus grandes possibilités d’être tenues responsables des maladies découlant de l’eau contaminée avaient encore des inquiétudes.  

En octobre 2004, après de nombreuses discussions et consultations, la CCCBPI a retiré le changement proposé. Elle a demandé l’établissement d’un groupe de travail national pour examiner les risques pour la santé et la sécurité de l’acheminement de l’eau chaude dans les édifices. Le groupe de travail a examiné les connaissances médicales, les statistiques et les circonstances de la maladie des légionnaires ainsi que les renseignements sur les blessures liées aux échaudures. Ses recommandations et un plan d’action proposé ont été soumis au comité permanent des installations techniques de bâtiments et de plomberie pour évaluation. Les membres de ce comité se rencontrent à la fin juin 2005 pour examiner les propositions du groupe de travail et remettront des recommandations à ce sujet à la CCCBPI. 

Trucs pour les robinets

Les principaux spécialistes du pays, représentés au sein de la CCCBPI, ont rejeté la proposition visant à baisser la température du chauffe-eau à 49° C. Malgré ceci, des organisations dignes de confiance conseillent aux propriétaires de baisser la température de leur chauffe-eau à 49° C comme mesure de précaution contre les échaudures provoquées par les robinets. Certaines organisations présentent des trucs sur la façon de trouver le thermostat pour l’ajuster soi-même.  

Cette question est source de controverse et de confusion. Quel est le meilleur conseil?

L’essentiel est que l’eau doit être entreposée à une température élevée comme précaution contre les bactéries. Elle peut être livrée du robinet à une température moins élevée pour prévenir les échaudures.  

La plupart des gens réduisent la température en mêlant l’eau chaude et l’eau froide lorsque l’eau sort du robinet. Les précautions fondamentales sont tout simplement l’utilisation du gros bon sens.  

  • Ne laissez jamais un enfant seul pour remplir l’eau dans la baignoire et vérifiez la température de l’eau avant que votre enfant entre dans la baignoire.  
  • Vérifiez la température de l’eau avant d’entrer dans la baignoire ou dans la douche. 
  • Ouvrez l’eau froide en premier, ajoutez ensuite l’eau chaude jusqu’à ce que la température soit confortable.  
  • Enseignez aux enfants à ouvrir l’eau froide en premier et à fermer l’eau chaude en premier.  

Si l’eau qui sort du robinet est trop chaude, vous pouvez installer des valves dans les conduites de plomberie pour réduire la température de l’eau qui sort du robinet en mêlant de l’eau plus froide. Une autre option est d’installer des appareils contre les échaudures aux robinets individuels; ils ne ralentiront pas le débit de l’eau à un filet si elle devient trop chaude.

Dans les foyers où il y a de jeunes enfants ou des aînés, il pourrait être indiqué de baisser la température du chauffe-eau. Pour les personnes désireuses d’adopter cette solution, le Conseil canadien de la sécurité recommande une température qui n’est pas inférieure à 54° C. Si vous ne savez pas comment faire l’ajustement, embauchez un professionnel qualifié comme un plombier pour effectuer le travail.