Gardez la tête hors de l’eau!

La Semaine nationale de la sécurité estivale
1 mai - 7 mai, 2009

La noyade fait en moyenne plus de 400 victimes par année au Canada, selon un rapport de la Société de sauvetage — les experts en surveillance aquatique au pays. En 2004, on recensait 132 décès par noyade en Ontario seulement. Parmi les principales causes de décès évitables chez les enfants de dix ans ou moins, la noyade arrive au deuxième rang; les enfants de moins de cinq ans courent le plus de risques. Environ 58 enfants meurent par noyade chaque année, soit l’équivalent de deux classes entières, selon l’organisme SécuriJeunes Canada.

Les statistiques les plus récentes de la Société de sauvetage indiquent que les décès liés à l’eau ont diminué de 22 pour cent en 2004 par rapport aux cinq années précédentes, et, de façon plus marquée encore, de 31 pour cent par rapport aux dix années précédentes. Même si le nombre de décès qui lui sont dus diminue chaque année, la noyade demeure un grand problème au Canada.

Du 1er au 7 mai 2009 aura lieu la Semaine nationale de la sécurité estivale. Le Conseil canadien de la sécurité vous encourage à la prudence quand vous serez près de l’eau cet été. Dans votre cour, à la piscine municipale ou près d’un lac, faites preuve de vigilance et assurez-vous que les enfants sont constamment sous la surveillance d’un adulte.

« Un enfant peut se noyer en quelques secondes, et souvent sans le moindre bruit, explique Barbara Byers, directrice, Éducation du public, à la Société de sauvetage. Nous exhortons les parents et les personnes qui s’occupent d’enfants à toujours rester à portée immédiate des enfants et à leur interdire l’accès à l’eau tant qu’il n’y a personne pour les surveiller. » Les enfants peuvent se noyer dans quelques centimètres d’eau à peine : une baignoire, une pataugeoire et même un seau d’eau représentent un danger pour un enfant sans surveillance. Votre attention peut être détournée, ne serait-ce que quelques secondes, par le téléphone, la sonnette, ou par un autre enfant. Mme Byers recommande de rester toujours à un bras de distance de l’enfant — plus loin, c’est trop loin.

La noyade tue sur le coup ou à retardement. Quant à la quasi-noyade, elle peut avoir des répercussions sur la santé à long terme, en affectant l’enfant dans sa façon de penser, d’apprendre et de jouer. « Pour chaque enfant décédé par noyade en 2002-2003, on en compte de six à dix qui se sont presque noyés et qui ont dû être hospitalisés, déclare Margaret Keresteci, l’ancienne gestionnaire des registres cliniques à l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Quand on sait que pour un enfant sur quatre, la quasi-noyade cause des dommages irréparables au cerveau, on comprend pourquoi la sécurité aquatique est une question prioritaire. »

On doit se rappeler également que pour environ la moitié des enfants qui se noient, l’accident arrive dans une piscine, et que la majorité des jeunes enfants qui meurent par noyade se noient dans une piscine familiale. La combinaison de leur curiosité naturelle et de leur attrait pour l’eau se traduit par des risques de noyade très élevés, dès qu’ils sont près d’un plan d’eau. Les enfants peuvent se noyer très vite et sans bruit. Ils peuvent tomber à l’eau au moment où la surveillance du parent ou de la personne qui s’occupe d’eux se relâche.

Mais la très grande majorité des noyades chez les tout-petits ne se produit pas en contexte de baignade. En fait, 92 pour cent des incidents liés à l’eau chez les tout-petits arrivent lorsqu’ils sont en train de jouer ou de marcher près de l’eau. La Société de sauvetage suggère soit de clôturer la zone dangereuse, soit de barricader votre enfant derrière une clôture. Faites preuve de vigilance. De nombreux enfants se noient parce que le parent ou la personne qui s’occupe d’eux les perd de vue pendant un très court laps de temps.

« Le premier facteur de sécurité, c’est la supervision, on ne s’en sort pas, déclare Jack Smith, président du Conseil canadien de la sécurité. De tous les décès d’enfants qui surviennent dans les piscines familiales, presque tous peuvent être évités grâce à la surveillance d’un adulte. Si le téléphone sonne, faites entrer les enfants dans la maison avec vous. » Faites en sorte que la piscine ne soit pas facilement accessible aux enfants. M. Smith suggère aussi aux parents de ne pas se fier aux petits flotteurs : « Ils peuvent se dégonfler, se détacher… À vrai dire, nous ne les recommandons pas. La solution, c’est avant tout la prévention, et pas le fait de disposer d’un objet au cas où… »

« On peut réduire le nombre de blessures liées à l’eau, y compris les noyades et quasi-noyades », déclare Barbara Underhill, cofondatrice de la Stephanie Gaetz KEEPSAFE Foundation. Il y a douze ans, sa fillette de huit mois s’est noyée dans une piscine familiale. Depuis, Mme Underhill a commandité la fondation du programme Swim to Survive de la Société de sauvetage. « Quand les tout-petits grandissent, apprendre à nager est l’une des habiletés fondamentales qu’ils doivent absolument acquérir. Nous enseignons à nos enfants la sécurité à bicyclette et la sécurité routière, mais nous avons aussi la responsabilité de leur enseigner les habiletés aquatiques nécessaires à la survie. »

La Société de sauvetage produit des dépliants d’information, des affiches et des DVD, qui sont disponibles sur demande.

Mesures de sécurité importantes

  • Quand vous êtes dans l’eau, sur l’eau ou près de l’eau, demeurez toujours à portée immédiate de votre enfant et ne le perdez pas de vue.
  • Apprenez à nager, ou faites surveiller vos enfants par un nageur adulte quand ils sont dans la piscine.
  • Suivez un cours de premiers soins et de RCR.
  • Soyez en mesure d’appeler le 911 ou les urgences de votre région.
  • Installez autour de la piscine une clôture fermée de 1,5 m (5 pieds) de haut. La porte doit se refermer toute seule et être munie d’un loquet installé en hauteur qui s’enclenche automatiquement.
  • Exigez des jeunes enfants et de ceux qui ne savent pas nager correctement qu’ils portent un gilet de sauvetage bien attaché quand ils sont dans l’eau ou près de l’eau.
  • Enseignez à vos enfants les règlements de la piscine.
  • Gardez l’équipement de sécurité près de la piscine.
  • Inscrivez vos enfants à des cours de natation.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Valerie Powell
Coordinatrice des médias et des communications
Conseil canadien de la sécurité
(613) 739-1535 (poste 228)
www.safety-council.org

Barbara Byers
Directeur d’éducation publique
Société de sauvetage
(416) 490-8844
www.lifesavingsociety.com