À fond de train, à bout de nerfs et somnolent

Cet article provient de l’archive de juillet 2002. Bien que tout effort ait été pris pour assurer la précision de l’information présenté, veuillez noter que certaines informations pourraient être hors date.

Le bilan de la conduite agressive sur nos routes ne s'améliore pas du tout. Selon une étude sur la conduite agressive commandée par la SteelAlliance et le Conseil canadien de la sécurité, 88 % d'entre nous auraient adopté un comportement agressif au volant au cours de l'année écoulée, en hausse par rapport aux 84 % enregistrés dans la première étude Nerves of Steel, il y a quatre ans de cela. Faire de la vitesse et griller des feux de rouge restent au nombre des comportements agressifs le plus répandus.

Comme on devait s'y attendre, le stress est la principale raison pour laquelle les conducteurs adoptent un comportement agressif. Les horaires trépidants expliqueraient pourquoi 76 % des conducteurs canadiens interrogés soutiennent que les conducteurs privés de sommeil sont un problème répandu sur nos routes canadiennes. Il semble que de nombreux Canadiens prennent le volant lorsqu'ils sont somnolents : plus de la moitié des conducteurs interrogés admettent avoir pris le volant lorsqu'ils étaient fatigués au cours des 12 derniers moins, et près de 60 % ont affirmé qu'ils se sentaient le plus fatigués au volant en après-midi et en soirée.

Les conducteurs de camions étaient pointés du doigt au niveau de la fatigue au volant. Selon le Road Safety Monitor, un sondage d'opinion publique de la Fondation des recherches sur les blessures de la route au Canada, 70 % des Canadiens sont d'avis que les longues heures de route que se tapent les conducteurs de camions sont un grave problème de fatigue. (Le Conseil canadien de la sécurité a également commandité cette enquête.) Les questions posées s'intéressaient seulement aux conducteurs de camion. Le sondage sur la conduite agressive révèle que la fatigue est une préoccupation générale en matière de sécurité routière.

Le rythme trépidant de la vie d'aujourd'hui a non seulement pour effet de promouvoir la conduite agressive et la conduite somnolente, il amène également les conducteurs à effectuer plusieurs tâches à la fois. Trois quarts des répondants au sondage Nerves of Steel ont déclaré effectuer plusieurs tâches à la fois. Au nombre de ces tâches, il y avait manger, lire, effectuer un appel sur son téléphone cellulaire, voire même se raser. Par ricochet, 87 % des répondants se disent frustrés lorsqu'ils voient d'autres conducteurs effectuer des tâches au volant, en hausse de 11 % en regard de l'an dernier.

Griller un feu de circulation est illégal et dangereux. C'est également le comportement agressif au volant le plus répandu. Pourtant, lorsqu'on leur a demandé quels étaient les facteurs explicatifs de la plupart des collisions, moins de un pour cent ont répondu « griller les feux rouges ». (Le manque d'attention des conducteurs, la vitesse et la conduite sous l'emprise de l'alcool furent les plus souvent mentionnés.)

Le nombre d'accidents mortels sur les routes canadiennes a reculé pour atteindre son plus bas niveau en trente ans. Notre bilan de sécurité routière reluisant n'a toujours pas été égalé dans le monde lorsqu'on tient compte de la distance parcourue. À l'échelle nationale, nous nous fixons pour but de réduire le nombre de décès sur nos routes (qui se situait à 2 917 en 2000) à moins de 2 100 d'ici 2010.

Le sondage sur la conduite agressive relève les secteurs où des améliorations s'imposent. Un trop grand nombre de Canadiens semblent prendre la conduite pour acquise. Ils ne respectent pas les règles essentielles du Code de la route, et essaient d'en faire le plus possible durant une journée, et ce même si cela met leur sécurité en danger. Bien ancrés dans les attitudes, ces comportements doivent être modifiés afin de réduire davantage le nombre de décès et blessures que font nos routes.