La prévention des chutes dans les escaliers

Cet article provient de l’archive d’octobre 2004. Bien que tout effort ait été pris pour assurer la précision de l’information présenté, veuillez noter que certaines informations pourraient être hors date.

Chez les Canadiens et Canadiennes de 65 ans et plus, les chutes sont responsables de plus de la moitié de toutes les blessures qu'ils subissent, et sont la principale cause de blessures mortelles. La plupart de ces chutes se produisent à la maison et surviennent souvent dans des escaliers.

Pour aider les personnes âgées à demeurer autonomes et en sécurité, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et le Conseil canadien de la sécurité dispensent ces conseils dans le but de réduire les risques de chute dans les escaliers :

  •  Éviter les motifs qui sont source de distraction visuelle et rendent les marches difficiles à distinguer les unes des autres. S’il est impossible de le voir clairement, marquer le nez des marches en y peignant une bande permanente de couleur contrastante.
  • Améliorer l’éclairage des marches et de l’escalier. Prévoir un éclairage de nuit à faible intensité et poser un interrupteur d’éclairage au bas et au haut de l’escalier.
  • Pour les escaliers aux marches étroites et aux contremarches hautes, utiliser des revêtements minces et bien les fixer afin de maximiser la surface utilisable. Si l’on rénove ou l’on construit un escalier, s’assurer qu’il a une inclinaison agréable, que ses marches sont d’une profondeur suffisante et qu’elles ont toutes la même hauteur et la même profondeur.
  • Dans le cas d’un escalier à quartier tournant ou d’un escalier tournant, poser une main courante de chaque côté de l’escalier, surtout aux endroits combinant des marches rectangulaires et trapézoïdales.
  • Si les marches sont glissantes ou en mauvais état, réparer ou remplacer leur surface en utilisant une finition antidérapante et rugueuse, et veiller à fixer solidement le revêtement des marches.
  • Ne jamais déposer de tapis sur les marches, ni au haut ou au bas des escaliers.
  • Placer les mains courantes à peu près au niveau du coude d’un adulte et les prolonger, sans interruption, sur toute la longueur des escaliers. Veiller à ce que les mains courantes possèdent des indicateurs tactiles qui avertissent l’utilisateur qu’il arrive au bout de l’escalier, et s’assurer que les mains courantes sont faciles à voir, même si l’éclairage est faible ou qu’il fait nuit.
  • Ne pas laisser d’objets sur les marches, et s’assurer que les objets laissés sur les paliers ne causent pas d’obstruction ou de distraction.
  • Enfin, toujours être prudent, calme et posé quand on monte ou on descend un escalier. Bien tenir la main courante, allumer les appareils d’éclairage de l’escalier, être très prudent dans les escaliers tournants, porter des chaussures bien ajustées, munies d’une semelle antidérapante, et, surtout, toujours prendre son temps, en particulier lorsqu’on utilise un escalier inconnu.

 Pour obtenir un exemplaire gratuit du feuillet documentaire de la série « Votre maison » intitulé La prévention des chutes dans les escaliers, communiquez avec la SCHL au 1 800 668-2642 ou téléchargez le PDF.