Semaine nationale de la sécurité sur la route : Mettez toutes les chances de votre côté

08 Mai 2014

Les usagers de la route sont nombreux et divers et un grand nombre de ceux qui empruntent ces routes ne disposent pas de ceintures de sécurité, de coussins de sécurité gonflables ou plusieurs centaines de livres de métal pour les protéger.

À l'occasion de la Semaine nationale de la sécurité sur la route, qui se déroulera cette année du 13 au 19 mai, le Conseil canadien de la sécurité cherche à sensibiliser la population au fait qu'un nombre disproportionné de collisions et de décès sur la route, dont la plupart auraient pu être entièrement évités, touche les usagers de la route vulnérables.

En 2011, année pour laquelle on dispose des données les plus récentes, les usagers de la route vulnérables représentaient plus d'un quart des décès causés par des accidents de la route selon Transports Canada. Les piétons comptaient pour 16 p. 100 de ce chiffre alors que les cyclistes (2,6 p. 100) et les motocyclistes (8,4 p. 100) se partageaient les 11 p. 100 restants.

Il appartient tant à l'usager de la route vulnérable qu'à l'automobiliste d'assurer la sécurité de l'un et de l'autre.

Les usagers de la route vulnérables devraient rester attentifs à tout ce qui se passe autour d'eux et veiller tout particulièrement à respecter le code de la route.  

Les piétons ne devraient traverser la route qu'aux passages pour piétons désignés et aux intersections lorsque la voie est libre. Les statistiques montrent qu'entre 2004 et 2008, plus de 60 p. 100 des accidents mortels de la circulation mettant en cause des piétons se sont produits alors qu'ils traversaient la route et, de ce chiffre, seuls
10 p. 100 se sont produits à des intersections où les piétons avaient la priorité.

Le manque de visibilité ou la nuit explique aussi le nombre élevé de collisions avec des cyclistes, des piétons et des motocyclistes. Pour être mieux vu des automobilistes, portez des couleurs vives et des bandes rétroréfléchissantes.

Les automobilistes, et leur temps de réaction, ont également une part de responsabilité à assumer. La distraction au volant provoquée en particulier par l'utilisation de téléphones intelligents et l'envoi de textos constitue un problème récurrent. Il n'est déjà pas facile de voir les usagers de la route vulnérables, mais la diminution du niveau d'attention de l'automobiliste ne fait qu'amplifier le problème et réduit encore davantage son temps de réaction.

Une collision ou une quasi-collision est 23 fois plus susceptible de se produire si l'automobiliste est distrait par l'envoi d'un texto au volant. Si le téléphone sonne alors que vous conduisez, laissez-le sonner. Ça peut attendre.

Le service de police d'Ottawa, le programme d’amélioration de la sécurité des routes à Ottawa et le collège Algonquin, à Ottawa également, se sont réunis pour produire des messages d'intérêt public visant à montrer à quelle rapidité un accident mortel peut se produire lorsqu'un automobiliste quitte la route des yeux. Vous pouvez voir ces messages à l'adresse suivante : http://tiny.cc/DontTextAndDrive.

Que vous soyez automobiliste, piéton, motocycliste, cycliste ou tout autre usager de la route, partagez la route. Votre vie peut en dépendre.

 

-30-

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Raynald Marchand
Directeur général, Conseil canadien de la sécurité
(613) 739-1535, poste 226

 

Lewis Smith
Coordinateur des médias et des communications, Conseil canadien de la sécurité (613) 739-1535, poste 228