Savoir manier en toute sécurité des armes à feu, ça commence chez soi

17 Août 2010

Beaucoup de ménages vivant en région rurale possèdent des armes à feu au Canada, où elles sont utilisées pour chasser, comme activité sportive ou pour gérer la faune. De façon générale, la plupart des propriétaires d’armes à feu au Canada possèdent des armes d’épaule, les trois-quarts ayant une carabine et deux tiers un fusil de chasse, d’après une étude parue dans le Journal canadien de la médecine d’urgence.

Ces armes à feu sont presque toujours conservées à la maison lorsqu’elles ne sont pas utilisées, raison pour laquelle le Conseil canadien de la sécurité s’inquiète de leur entreposage.

Selon Jack Smith, président du Conseil canadien de la sécurité, « la plupart des blessures ou décès par balle se produisent à l’intérieur de la maison ou autour de celle-ci ».

On peut facilement éviter la tragédie d’un enfant qui joue avec une arme à feu chargée et qui tire par inadvertance sur un camarade de jeu. « Faites en sorte que les enfants ne puissent pas avoir accès aux armes à feu », conseille M. Smith.

Lorsque les armes à feu ne sont pas bien rangées, d’autres questions de sécurité graves peuvent se poser. Une personne déprimée ou violente peut se servir d’une arme qui n’est pas rangée en lieu sûr pour se blesser ou blesser autrui. On peut voler des armes à feu et les utiliser à des fins criminelles. L’accès à des armes à feu est particulièrement dangereux en cas de violence conjugale. Selon un rapport du Centre canadien de la statistique juridique, près d’un tiers des homicides conjugaux sont perpétrés à l’aide d’une arme à feu, la carabine étant l’arme de prédilection.

Selon le docteur Alan Drummond, médecin à Perth (Ontario), les armes d’épaule inquiètent beaucoup les médecins en milieu rural. « En ma qualité de médecin urgentologue et de coroner, je peux dire à coup sûr que je n’ai jamais vu de blessure infligée par une arme de poing », dit-il. « J’ai vu bon nombre de blessures et de décès causés par des carabines et des fusils de chasse. J’ai eu la douleur de devoir enquêter sur un meurtre suivi d’un suicide à la suite d’une escalade de violence conjugale ».

Près de 80 p. 100 des décès par balle sont des suicides et la plupart se produisent à la maison. Selon le docteur Drummond, le suicide est souvent un acte impulsif. « Il est capital de rendre impossible l’accès à des armes à feu pour des personnes déprimées », déclare-t-il. « Lorsque j’ai enquêté sur des agressions et meurtres causés par des armes à feu, les auteurs de ces actes avaient agi impulsivement et avaient eu facilement accès à une arme d’épaule qui n’était pas rangée en lieu sûr ».

D’après une étude publiée par l’Association médicale canadienne en 2008, pour toute personne tuée par balle, environ 2,6 sont blessées et beaucoup le sont très gravement. Selon cette même étude, la durée moyenne du séjour à l’hôpital en cas de blessure par balle est de 17,7 jours, ce qui est beaucoup plus long que la plupart des autres blessures. Les armes d’épaule sont en cause dans la majorité des blessures par balle « accidentelles » et auto-infligées.

Ce que vous pouvez faire

Si vous avez des armes à feu chez vous, le meilleur moyen d’éviter une tragédie est de les décharger et de les ranger dans un lieu sûr qui est verrouillé. Le Conseil canadien de la sécurité recommande les consignes de sécurité suivantes :

  • Veillez à décharger vos armes à feu lorsque vous les rangez.
  • Verrouillez vos armes à feu dans une armoire, une chambre forte ou une pièce qui a été construite ou réaménagée expressément pour ranger des armes à feu en toute sécurité. Assurez-vous qu’il est difficile de forcer la structure choisie.
  • Fixez un dispositif de verrouillage sécuritaire, tel qu’un verrou d’arme ou un câble de sûreté (ou retirez le verrou) de façon à rendre les armes à feu inopérantes.
  • Entreposez les munitions séparément et verrouillez le contenant. Vous pouvez les ranger dans le même contenant que l’arme à feu, mais il devrait être fermé à clé séparément. Là encore, assurez-vous qu’il est difficile de le forcer.
  • Les enfants ne doivent pas avoir accès aux clés qui servent à verrouiller les armes à feu et les munitions. Rangez-les toujours en lieu sûr.
  • Enseignez à vos enfants qu’ils ne doivent manier toute arme à feu que sous surveillance d’un adulte.

Pour ce qui est de la sécurité, rien ne remplace la formation. Quiconque se sert d’une arme à feu devrait suivre le Cours canadien de sécurité dans le maniement des armes à feu. Pour en savoir davantage, veuillez vous adresser au contrôleur des armes à feu de votre province :

Terre-Neuve : 1 800 731-4000 (poste 5013) ou le coordonnateur de la formation 1-709-637-2020
Île-du-Prince-Édouard : 1 800 731-4000 (poste 5502)
Nouvelle-Écosse : 1 800 731-4000 (poste 6505)
Nouveau-Brunswick : 1 800 731-4000 (poste 6000)
Québec: Info-sécure 1 888 523-2863
Ontario : 1 800 731-4000 (poste 7503) ou le F.S.E.S.O. (poste 7542)
Manitoba : 1 800 731-4000 (poste 8004)
Saskatchewan : 1 800 731-4000 (poste 8502)
Alberta : Alberta Hunter Education Instructors’ Association 1 866 852-4342 ou (403) 252-8474
Colombie-Britannique : 1 800 731-4000 (poste 9530)
Territoires-du-Nord-Ouest : 1 800 731-4000 (poste 9026)
Yukon : 1 800 731-4000 (poste 9530)
Nunavut : 1 800 731-4000 (poste 4511)

- 30 –

Pour de plus amples détails, veuillez vous adresser à :
Raynald Marchand
Directeur générale des programmes
(613) 739-1535, poste 226