Déchargez et verrouillez vos armes à feu – Rangez-les en lieu sûr!

15 Septembre 2009

La majorité des armes à feu au pays sont utilisées dans le cadre d’activités particulières comme la chasse ou le tir à la cible. D’après les statistiques du gouvernement, les propriétaires d’armes à feu possèdent soit une carabine (76 p. 100), un fusil (67 p. 100) ou une arme de poing (12 p. 100).

Bien qu’il arrive assez souvent qu’un foyer en zone rurale ou un foyer autochtone possède une arme à feu, il est plutôt rare de voir des armes à feu chez les résidents en zone urbaine. Au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest, où le taux de possession d’armes à feu est le plus élevé, 32 p. 100 des adutles sont légalement en possession d’une arme à feu ou plus. L’Ontario a le plus bas taux de possession d’armes à feu au pays, soit à peine neuf pour cent.

Pour reprendre les paroles du président du Conseil canadien de la sécurité, Jack Smith, « Les décès et blessures associés aux armes à feu, la plupart desquels se produisent à la maison, peuvent être évités ». « Voilà pourquoi il est si important de les ranger dans un lieu sûr. Il faut s’assurer de décharger les armes à feu et de les ranger en lieu sûr lorsqu’ils ne sont pas en usage. Nous recommandons un cabinet d’acier qu’on peut verrouiller, un coffre à clef ou une chambre forte prévue à cette fin. »

Un enfant qui joue avec une arme à feu chargée et qui par accident blesse un camarade est l’une des tragédies les plus faciles à éviter. « Assurez-vous qu’aucun enfant n’ait accès à une arme à feu chez vous », conseille Smith. Il décrit les mesures préventives qui s’imposent : « Utilisez un dispositif de verrouillage ou enlevez le verrou afin de rendre vos armes à feu inopérantes. Rangez les munitions dans un endroit distinct des armes à feu et verrouillez-les. De plus, gardez les clés de vos armes à feu et munitions dans un endroit sécuritaire, auquel les enfants n’ont pas accès. »

Les principales préoccupations de sécurité lorsqu’il y a des armes à feu au foyer sont les suivantes : les enfants qui jouent avec des armes à feu; une personne en état de dépression ou violente qui utilise une arme à feu facile d’accès pour se blesser elle-même ou une autre personne ; et le vol d’armes à feu dans le but de commettre un crime. Dans environ le tiers des homicides entre conjoints, on a eu recours à une arme à feu.

Dans les communautés du Nord où la chasse fait partie du mode de vie, on voit souvent des armes à feu dans les foyers ; l’entreposage sécuritaire est donc une importante préoccupation. « Une seule tragédie évitable associée à l’entreposage d’armes à feu est une tragédie de trop », affirme Vera Pawis Tabobondung, la présidente de l’Association nationale des Centres d’amitié – Canada.

Les plus récentes statistiques canadiennes révèlent un taux annuel d’environ 850 décès associés aux armes à feu, dont les trois quarts sont des suicides. Pour chaque personne qui meurt par suite de blessures causées par une arme à feu, on estime que 2,6 subissent des blessures.

La majorité des particuliers à tendance suicidaire peuvent être traités et continuer à vivre une vie productive. Cependant, les chances de survivre une tentative de suicide au moyen d’une arme à feu sont très minces. La possession d’armes à feu à domicile présente un risque plus élevé de suicide. Le taux de suicide est plus élevé dans les communautés autochtones, où bon nombre de foyers possèdent des armes à feu.

Bien que les fusillades accidentelles causent relativement peu de décès associés aux armes à feu, elles causent cependant un nombre élevé de blessures, surtout dans les régions rurales. Selon un rapport ontarien, elles représentent 63 p. 100 des 624 visites à l’urgence en raison de blessures dues à des armes à feu, et 39 p. 100 des 199 personnes hospitalisées. Une étude pancanadienne a découvert qu’en moyenne, un séjour à l’hôpital associé à des blessures causées par des armes à feu traitées dans des centres de traumatismes s’élevait à 17,7 jours ; cela porte à croire que les blessures en raison d’armes à feu étaient très graves.

On estime qu’à la grandeur du Canada, au moins un ménage sur huit possède une arme à feu. Les armes à feu sont utilisées dans le cadre d’activités comme la chasse, le sport ou à des fins de protection. Peu importe la raison, il faut prendre les précautions nécessaires afin d’éviter les décès et blessures. « L’Association de Tir Dominion du Canada (DCRA) met rigoureusement en application les principes de sécurité et d’éducation relatifs aux armes à feu par le biais de concours organisés à l’échelle locale, provinciale, nationale et internationale », fait savoir Dr Stan Frost, Vice-président directeur de DCRA. « Nous encourageons fortement tous nos membres à pratiquer la manutention et l’entreposage sécuritaires des armes à feu ».

En général, la majorité des décès et blessures associés aux armes à feu se produisent à domicile. Peu d’entre eux sont reliés au crime ; dans l’ensemble, ils se produisent simplement du fait qu’une arme à feu est accessible et n’est pas rangée en lieu sûr. Voilà pourquoi le Conseil canadien de la sécurité cible l’entreposage sécuritaire des armes à feu dans un nouveau message d’intérêt public. S’il y a des armes à feu au foyer, il est moins probable qu’elles mettent la vie des occupants en danger lorsqu’elles sont déchargées et verrouillées.

Conseils de sécurité des armes à feu à domicile

Il est important d’entreposer vos armes à feu en lieu sûr afin d’éviter les accidents, les pertes ou les vols. De plus, la loi l’exige.

DÉCHARGEZ ET VERROUILLEZ VOS ARMES À FEU

  • Assurez-vous que vos armes à feu soient déchargées en tout temps lorsqu’elles sont rangées.
  • Verrouillez les armes à feu dans une chambre forte, une pièce ou un coffre-fort qui a été construit ou modifié expressément pour l’entreposage sécuritaire des armes à feu, et qui ne peut être forcé facilement.
  • Fixez un dispositif de verrouillage sécuritaire, tel qu’un verrou d’arme ou un câble de sûreté (ou retirez le verrou) de façon à rendre les armes à feu inopérantes.
  • Rangez les munitions dans un endroit distinct des armes, ou verrouillez-les. On peut les ranger dans le même contenant ou coffre-fort que les armes à feu, à condition qu’elles soient verrouillées de façon sécuritaire et que le contenant soit construit de manière à ce qu’il ne peut être forcé facilement.
  • Assurez-vous que les enfants n’aient pas accès aux clés utilisées pour verrouiller vos armes à feu et vos munitions.
  • Enseignez aux enfants à ne pas manipuler d’armes à feu sans la surveillance d’un adulte.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Raynald Marchand
Gérant général des programmes
(613) 739-1535 Poste 226