La popularité du trampoline fait des bonds les blessures font un grand saut

Cet article provient de l’archive d’avril 2003. Bien que tout effort ait été pris pour assurer la précision de l’information présenté, veuillez noter que certaines informations pourraient être hors date.

Sauter sur un trampoline est amusant et grisant. Il s’agit par ailleurs d’un bon exercice physique et d’un sport qui semble nécessiter peu d’adresse. Les trampolines sont aussi devenus nombreux à meubler la cour d’enfants d’âge scolaire partout au pays.

Un sport à ne pas prendre à la légère

Faire du trampoline est non seulement un passe-temps récréatif, mais également un excellent exercice d’aérobie pour les athlètes.

Un peu d’histoire…
Les trampolines firent leur apparition durant la Deuxième Guerre mondiale afin d’aider les pilotes à garder une bonne forme physique et à ne pas perdre le sens de l’orientation. Après la guerre, ce fut au tour des astronautes d’utiliser les trampolines pour s’habituer à adopter la bonne position du corps lors de vols spatiaux. Ce sport, qui jouit d’une popularité à l’échelle internationale, fait maintenant partie des programmes d’éducation physique, parce qu’il est amusant et procure de l’exercice. La popularité de ce sport a toutefois reculé aux États-Unis après qu’on l’avait retiré des programmes d’éducation physique à la suite de poursuites pour blessures corporelles.

Le trampoline a fait ses débuts olympiques aux Jeux de 2000 à Sydney, après quoi ce que ce sport n’a fait que gagner en popularité.

On considère depuis longtemps dans plusieurs pays que le trampoline est un appareil de sport ou de gymnastique qui nécessite un certain niveau d’adresse et pour lequel il faut de prendre des précautions. Les clubs et organisations professionnels de trampolinistes voient à la mise en application de règles rigoureuses :

  • Toute personne qui saute sur un trampoline doit être surveillée par des pareurs ;
  • On ne peut exécuter des pirouettes sans surveillance et sans avoir obtenu la permission;
  • Le port de chaussures spéciales pour trampolinistes peut être obligatoire ; et
  • Le port de bijoux ou d’articles pouvant s’enchevêtrer dans l’équipement est interdit.

Le trampoline, un jeu d’enfant ?

Lorsque les parents achètent un trampoline pour leurs enfants, ils oublient souvent les dangers, et ce, malgré toutes les mesures de sécurité que recommande le fabricant.

En 2003, on fit paraître le premier rapport canadien sur les traumas subis sur les trampolines. On nota dans ce rapport que de janvier 1996 à octobre 1997, l’Hôpital pour enfants de Winnipeg avait traité 80 enfants pour des blessures subies alors qu’ils faisaient du trampoline dans leur cour. Les données furent recueillies durant la saison de trampoline, saison qui dure environ huit mois. Dans de nombreux cas, les enfants blessés avaient utilisé le trampoline en faisant montre de beaucoup d’imagination.

Par exemple, un enfant sauta sur le trampoline depuis le toit. Ce rapport fit plusieurs constats importants :

  • Les hospitalisations pour blessures attribuables aux trampolines sont légèrement supérieures à celles reliées aux blessures à vélo.
  • Un parent surveillait les enfants dans seulement 8 cas sur 80.
  • Il y avait au moins un autre enfant qui sautait sur le tapis dans deux tiers des cas.
  • Deux tiers des enfants se sont blessés sur le tapis.
  • La moitié des enfants se sont blessés chez le voisin.
  • Les fractures, plus particulièrement de l’avant-bras, de l’humérus et du coude, comptaient pour trois quarts des blessures. Le cas le plus grave fut celui d’un garçon de huit ans qui se retrouva paralysé.

Selon les données du Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes (SCHIRPT), le nombre de blessures liées au trampoline a presque quadruplé entre 1990 et 1998. Près de 80 pour cent des blessures sont survenues chez des jeunes âgés de 5 à 14 ans. La plupart des incidents (69,6 pour cent) se sont produits dans la cour, au domicile de la victime ou d’une autre personne. Les enfants n’étaient pas surveillés par un parent dans un alarmant 80 pour cent des cas.

L’Hôpital de Montréal pour enfants ( HME) a signalé qu’entre janvier et juillet 2004, 40 blessures liées à l’usage de trampolines ont été traitées dans sa salle d’urgence. Le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario reçoit par année plus de 50 patients blessés en faisant du trampoline.

La US Consumer Product Safety Commission (CPSC) a pour sa part observé une tendance semblable. Le nombre de blessures associées au trampoline traitées dans les salles d’urgence d’hôpital a triplé aux États-Unis durant les années 1990. On a répertorié 11 décès imputables au trampoline.

  • Les causes de blessures les plus courantes :
  • Entrer en collision avec un autre trampoliniste ;
  • Atterrir brusquement pendant qu’on saute ou tente d’exécuter une figure acrobatique ;
  • Tomber ou sauter du trampoline ; et
  • Rester coincé dans les ressorts ou tomber sur le cadre du trampoline en essayant d’exécuter des pirouettes ou d’autres acrobaties.

Des précautions s’imposent

En 1999, le CPSC adopta une nouvelle norme pour les trampolines aux États-Unis. Cette norme précisa que le cadre, les crochets et les ressorts des trampolines doivent être entièrement recouverts de coussins protecteurs et que le trampoline doit être doté d’une échelle afin d’empêcher les enfants d’y monter. Les trampolines doivent de plus être dotés d’une étiquette avertissant les consommateurs de ne faire monter qu’une personne à la fois sur le trampoline et que les pirouettes peuvent provoquer la paralysie ou entraîner la mort. De plus, l’étiquette sur chaque boîte doit expliquer que les trampolines de plus de 20 pouces de hauteur sont déconseillés aux enfants de moins de six ans. Il n’existe aucune réglementation canadienne relative aux trampolines.

Faire du trampoline dans la cour peut être une activité agréable et saine si les parents établissent des règles, les mettent en pratique et prennent les précautions qui s’imposent.

Assurez-vous premièrement que l’équipement est sécuritaire :

  • Les ressorts, les crochets et le cadre doivent être entièrement recouverts de coussins protecteurs pour amortir les chocs.
  • Aucune échelle ou autre dispositif permettant aux jeunes enfants de monter sur le trampoline ne doit se trouver à proximité.
  • Le trampoline doit être installé loin de structures, arbres et autres aires de jeu.

Établissez trois règles non négociables pour les enfants qui utilisent le trampoline :

  • Une personne à la fois.
  • Aucun saut périlleux, ni pirouette.
  • Ne pas se lancer sur le trampoline à partir d’un endroit plus élevé ou sauter en bas du trampoline.
  • En dernier lieu, assurez-vous que les enfants sont toujours sous la surveillance d’un adulte.