Des souliers à roulettes

Cet article provient de l’archive de janvier 2006. Bien que tout effort ait été pris pour assurer la précision de l’information présenté, veuillez noter que certaines informations pourraient être hors date.

C’est la nouvelle frénésie ! Des jeunes traversent les corridors des édifices publics en trombe, filent comme l’éclair sur les trottoirs et surfent dans les cours d’école.

Le talon du soulier Heely renferme une roulette amovible. Lorsqu’on transfère son poids sur le talon, ce soulier se transforme en patin. Une fois la roulette enlevée, il devient une chaussure mode. Dès que la roulette réintègre le talon, le marcheur est prêt à redécoller.

Le Conseil canadien de la sécurité s’inquiète de la popularité grandissante de ces souliers très tendance. Leur usage inadéquat constitue un danger pour leur propriétaire... et pour les passants.

S’ils portent des souliers Heely, les enfants doivent enfiler l’équipement de protection prévu pour la planche à roulettes ou le patin à roues alignées (casque, genouillères et cubitières). Ils éviteront de « circuler en Heelys » dans les rues, sur les trottoirs et sur la chaussée glissante. La retenue et l’équilibre sont très importants. Pour maîtriser ces souliers, il faut environ un mois d’utilisation quotidienne.

Le CCS recommande d’interdire la « circulation en Heelys » dans les édifices publics, les centres commerciaux, les corridors d’école et les terrains de jeux. Le Canadian Recreational Facilities Council (dont les membres gèrent 2 500 arénas communautaires) a alerté ses effectifs, afin qu’ils appuient la position du CCS. Des écoles et des commissions scolaires interdisent maintenant le port du soulier Heely sur leur propriété.

En juillet 2003, le Conseil coréen de protection du consommateur servait une mise en garde contre les blessures causées par les chutes en souliers Heely. L’alerte mentionnait des fractures aux bras et aux jambes, et la possibilité de blessures à la tête. Elle précisait que le produit ne respecte aucune norme de sécurité.