Ancrages pour sièges d’enfants dans les autobus scolaires

Cet article provient de l’archive d’octobre 2006. Bien que tout effort ait été pris pour assurer la précision de l’information présenté, veuillez noter que certaines informations pourraient être hors date.

À partir du 1er avril 2007, Transport Canada exigera que tous les nouveaux autobus scolaires soient équipés d’ancrages pour sièges d’enfants et de bébés.En fonction du nombre de places assises, de deux à huit dispositifs seront installés sur les banquettes des autobus, dispositifs munis d’une courroie d’ancrage convenablement installée et d’une barre d’ancrage inférieure.

Les autobus scolaires constituent déjà un moyen de transport très sûr pour les enfants. Transport Canada exige que les sièges d’autobus aient une rembourrure dissipatrice d’énergie, ce qui assure une protection passive efficace pour les passagers par le principe de la compartimentation.

Les enfants d’âge préscolaire voyagent de plus en plus souvent à bord d’autobus scolaires. Bien que la protection offerte par les banquettes d’autobus soit suffisante pour les jeunes d’âge scolaire, les enfants qui pèsent moins de 18 kilos seraient mieux protégés si on permettait d’y installer des sièges d’enfants.

Transports Canada a établi des règles de sécurité pour les véhicules neufs et importés en vertu de la Loi sur la sécurité des véhicules automobiles. Les courroies d’ancrage supérieures sont standard pour les automobiles depuis 15 ans. Les barres d’ancrage inférieures – qui permettent aux parents et aux gardiens de bien fixer le siège d’enfant – sont, quant à elles, obligatoires depuis 2002. Les nouvelles règles appliquent maintenant ces exigences aux autobus scolaires.

Les propriétaires d’autobus scolaires manifestent déjà leurs inquiétudes. Qui achètera les sièges? Qui sera chargé d’attacher et de détacher les enfants? Combien de temps cela prendra-t-il? (Il ne faut pas oublier que les services d’autobus scolaires ont un horaire serré.) Les détails de l’application du règlement restent donc à résoudre, en consultation avec les fournisseurs de services.