Doter les aînés des outils dont ils ont besoin pour vivre en sécurité

Semaine nationale de la sécurité des aînés
6 novembre - 12 novembre, 2007

Aujourd’hui, les aînés sourient à la possibilité de mener une vie autonome et de rester dans leur maison plus longtemps. Comme certains aînés peuvent être considérés comme vulnérables ou être « la proie facile » d’escroqueries ou de crimes, le Conseil canadien de la sécurité a décidé de consacrer sa Semaine nationale de la sécurité des aînés (6 au 12 novembre 2007) afin de d’aider les aînés à se doter des outils dont ils besoin pour vivre en sécurité. Grâce à la sensibilisation et à la préparation, les aînés et leur famille peuvent avoir la tranquillité d’esprit et un sentiment de sécurité.

Voici quelques trucs pertinents qui vous aideront à conserver un sentiment de sécurité :

  • Veiller à ce que votre maison soit sûre : Éclairez bien l’extérieur de votre demeure et assurez-vous que l’éclairage est inaccessible et qu’on ne pourra le dérégler. Veillez à ce que les fenêtres soient bien dégagées de sorte qu’on puisse bien les voir depuis la rue. Renforcez les portes et les cadres. Verrouillez les portes et fenêtres et tirez les rideaux. Déposez vos objets de valeur et votre argent à la banque.
  • Apprenez à connaître votre quartier : Surveillez ce qui se passe dans votre quartier, y compris le va-et-vient des véhicules de vos voisins et leurs habitudes, et signalez toute activité suspecte. Songez aussi à participer à un programme de Surveillance de quartier.
  • N’ouvrez jamais la porte aux étrangers : Peu importe les vêtements que les étrangers portent ou leur apparence bienveillante, vous n’êtes pas obligé d’ouvrir la porte à qui que ce soit (ni même à la police) avant d’avoir vérifié et confirmé leur identité. On a recours à plusieurs moyens pour amener les aînés à ouvrir leur porte ; soyez donc sûr avant d’ouvrir la porte. Vous pourrez ainsi être à l’abri des dangers. Le maillon le plus faible de la sécurité à domicile est lorsque l’occupant omet de verrouiller les portes ou ouvre la porte à des étrangers. Les aînés devraient simuler différentes situations, en faisant par exemple patienter une personne devant une porte verrouillée et en lui posant des questions, afin d’être capable de composer avec moult situations. Si vous êtes la victime, évitez de vous débattre. Essayez plutôt d’avoir une bonne description de l’intrus.
  • Lors des sorties : Essayez de marcher ou de magasiner en compagnie d’amis. Gardez votre argent à portée de la main et ne le laissez jamais sans surveillance. N’ayez pas plus d’argent qu’il n’en faut. Ayez vos clés en mains avant d’entrer dans votre voiture ou votre demeure. Si vous faites l’objet d’une agression, essayez de faire autant de bruit que vous le pouvez ; ne prenez pas votre agresseur en chasse.
  • Autres trucs : Adoptez un horaire imprévisible, en ne faisant pas toujours vos sorties journalières (magasinage, promenade) à la même heure. Donnez l’impression que vous n’êtes pas seul à la maison, en mettant par exemple une grosse paire de bottes à l’entrée. Songez à faire installer un système d’alarme ou un système de surveillance personnelle pour les urgences. Un système de surveillance (pendentif ou bracelet) permet de demander de l’aide tous les jours, 24 heures sur 24. Ce système peut également vous venir en aide lors d’une situation d’urgence et vous procurer réconfort au besoin.

Escroqueries par télémarketing

Les aînés sont notamment la cible d’escroqueries par télémarketing.
Le Conseil canadien de la sécurité propose les quelques conseils suivants aux aînés lorsqu’ils sont la cible de sollicitations téléphoniques :

  1. Ne donnez jamais de renseignements personnels à quelqu’un au téléphone, à moins que vous ayez vous-même logé l’appel. Mentionnez tout simplement que vous communiquerez directement avec la compagnie et que vous fournirez les renseignements nécessaires.
  2. Si le demandeur vous offre un cadeau en prime, ne consentez jamais à payer les frais de manutention et d’expédition. Il s’agit d’une situation de mauvais présage. Vous ne devriez jamais envoyer de l’argent pour quelque chose qui est gratuit.
  3. Les offres d’une durée limitée peuvent constituer un moyen de pression. Dites que vous avez besoin de temps pour réfléchir et que si vous êtes intéressé, vous pouvez toujours le rappeler. Demandez au demandeur comment vous pouvez le rappeler.
  4. Si un demandeur essaie de vous convaincre de ne pas parler d’une offre ou d’un service à quiconque, il s’agit d’un avertissement. Raison de plus pour en parler à votre famille et à vos amis.
  5. Il est préférable d’obtenir une offre téléphonique par écrit. Si le demandeur n’est pas en mesure de vous offrir une offre écrite, ne faites pas affaires avec lui.

Que ce soit pour des abonnements à des magazines, un forfait-vacances, une offre d’un entrepreneur en construction, une demande de don ou un prix que vous venez de gagner, apprenez à raccrocher lorsque la conversation vire au baratin commercial. La simulation de situations avec les membres de votre famille ou vos amis vous aidera à mettre fin à ces appels insolites. Vous n’avez pas à vous expliquer ou à présenter des excuses….soyez tout simplement direct et raccrochez.