C’est comme un cirque sur les routes. Faites attention!

Semaine nationale de la sécurité sur la route
21 mai - 27 mai, 2010

Entre les téléphones cellulaires et les systèmes de positionnement global (GPS), les lecteurs mp3 et le café du matin, les sources de distraction sur la route ne manquent pas. Automobilistes, motocyclistes, piétons ou cyclistes, tous les Canadiens sont confrontés au problème des usagers de la route distraits.

Le Conseil canadien de la sécurité profite de la Semaine nationale de la sécurité sur la route pour vous inviter à prendre des précautions lors de vos déplacements. Gardez les yeux sur la route et sur les autres usagers. Soyez vigilant et restez en tout temps attentif à ce qui se passe autour de vous.

Au printemps et en été, automobilistes et camionneurs doivent être particulièrement aux aguets car les usagers vulnérables (piétons, cyclistes et motocyclistes) sont alors plus nombreux sur les routes du Canada. Ces usagers courent plus de risques de lésion ou de décès potentiel lorsqu’ils sont impliqués dans une collision sur les voies publiques du pays. Ils représentent approximativement 25 pour cent des usagers de la route tués ou grièvement blessés chaque année dans des collisions. En 2007, 662 d’entre eux ont été tués et 3485 ont été grièvement blessés.

Les automobilistes doivent être spécialement attentifs aux piétons qui traversent aux intersections et à ceux qui surgissent d’entre deux véhicules stationnés, en particulier les petits enfants. Ils doivent également partager la route avec les cyclistes et les motocyclistes. Un conducteur distrait par la sonnerie de son téléphone ou qui tente de programmer son GPS en conduisant aura plus de difficulté à réagir en temps opportun et à éviter les collisions possibles avec des usagers de la route vulnérables. Pour votre sécurité, celle des autres conducteurs et celle des usagers de la route vulnérables Il est indispensable de limiter les sources de distraction quand vous êtes au volant.

Plusieurs provinces – Québec, Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve-et-Labrador, Saskatchewan et Manitoba – ont adopté des lois interdisant l’utilisation du téléphone cellulaire tenu en main au volant. Au cours de la dernière année, l’Ontario, la C.-B. et l’Î.-P.-É. ont fait un pas de plus et ont interdit l’utilisation de tous les appareils électroniques portatifs en conduisant et non seulement le téléphone cellulaire tenu en main. Les sources de distraction qui obligent le conducteur à quitter la route des yeux sont plus susceptibles d’entraîner des collisions. En vertu des lois nouvellement adoptées, il est illégal d’utiliser un téléphone cellulaire tenu en main ou tout autre appareil portatif de télécommunications ou de divertissement pour composer un numéro ou un message, parler ou envoyer des messages ou des courriels. Ceci s’applique aux GPS, lecteurs mp3 (iPod) et appareils de divertissement munis d’un écran se trouvant dans le champ de vision du conducteur. L’utilisation de ces dispositifs est permise s’ils sont programmés avant le départ.

Les adolescents et les moins de 35 ans sont ceux qui utilisent le plus fréquemment le cellulaire au volant. Des études indiquent qu’un conducteur utilisant un téléphone cellulaire court quatre fois plus de risques d‘être impliqué dans une collision qu’un conducteur qui se concentre sur la route. D’autres études démontrent que parmi les activités liées à l’utilisation d’un téléphone cellulaire, composer un numéro et rédiger un message texte sont les plus à risque. Composer un numéro de téléphone ou un message texte au volant multiplie par 23 le risque de collision. Lors de la composition d’un message, le conducteur quitte la route des yeux pendant 4,6 secondes sur un intervalle de 6 secondes. Cela revient à parcourir la longueur d’un terrain de football à 90 km/h sans regarder la route.

Le Conseil canadien de la sécurité recommande qu’au volant, la conduite soit votre priorité absolue en tout temps. Les dispositifs mains-libres ne sont pas sans danger. Qu’on utilise un appareil mains-libres ou tenu à la main, parler au téléphone détourne une partie de l’attention de la route vers la conversation. C’est la conversation en soi, son intensité, qui empêche de se concentrer. Sur la route, ne laissez pas vos émotions ou votre travail nuire à votre sécurité et à celle des autres usagers.

Voici quelques conseils de sécurité de base du Conseil canadien de la sécurité :

  • Évitez les distractions inutiles; faites toujours en sorte que la conduite soit votre priorité absolue.
  • Gardez les deux mains sur le volant ou sur le guidon et les yeux sur la route, à l’affût des dangers potentiels.
  • Mettez votre téléphone en mode silencieux afin de ne pas être tenté de répondre si vous recevez un appel ou un message.
  • Apprenez à programmer et à faire fonctionner votre appareil mains-libres sans avoir besoin de le regarder.
  • Ne vous plongez pas dans la conversation au point de dévier dans l’autre voie. Rangez-vous sur le côté de la route si c’est sécuritaire et permis de le faire. Cette précaution s’impose en particulier lorsque la conversation est importante ou chargée d’émotion.
  • Faites en sorte que vos conversations soient brèves; informez la personne qui appelle que vous êtes au volant afin de pouvoir rediriger votre attention vers ce que vous faites le plus rapidement possible.
  • Misez sur la conduite préventive et prenez garde aux autres automobilistes moins attentifs.
  • Soyez toujours à l’affût des usagers de la route vulnérables et cédez-leur le passage, même s’ils n’ont pas le droit de passage.
  • Gardez l‘œil ouvert pour repérer les usagers de la route inexpérimentés ou vulnérables qui surgissent inopinément aux intersections et aux endroits où il n’y a pas d’intersection, sur les routes urbaines et rurales.
  • En tant qu’usager de la route vulnérable, il est important d’être visible et prévisible pour les autres.

- 30 –

Pour renseignements :

Raynald Marchand, Directeur général des programmes
(613) 739-1535 (p. 226)