L'apaisement de la circulation

Certains urbanistes soutiennent que l'avenir repose sur la décélération de la circulation. Des citoyens concernés exigent que les automobilistes roulent moins vite, qu'un moins grand nombre de gros véhicules circulent sur leurs rues, et que l'accès aux rues où jouent les enfants, soit limité. Les municipalités ont donc installé des panneaux d'arrêt, ajouté des bosses de décélération, érigés des barrières de route et réduit le nombre de voies sur les rues achalandées.

La décélération de la circulation est sans contredit un dossier controversé à forte saveur politique. Il touche les services publics essentiels, tels qu'ambulances, police, déneigement et transport en commun, de même que les entreprises locales et la majorité silencieuse des usagers de la route.

La planification et la mise en oeuvre des mesures de décélération sont coûteuses. Il reste toujours à prouver leur efficacité au Canada, et leurs répercussions n'ont pas fait l'objet d'études sérieuses. Souvent l’apaisement de la circulation n’est ni plus ni moins qu’une solution rapide en raison de pression politique des résidents lorsque d’autres mesures seraient plus efficaces.

Le contexte est important

Les partisans citent en exemple des études réalisées en Australie et en Europe. L'infrastructure, le climat et les besoins en transport au Canada diffèrent sensiblement de ceux en Australie et en Europe. Au Canada, le déneigement et le déglaçage sont d'une importance capitale. De plus, les Canadiens parcourent régulièrement de grandes distances.

Les études citées en exemple ne tiennent pas compte des effets des contre-mesures ayant fait leurs preuves, telles que le radar photographique, les caméras aux feux de circulation, et les alcooltests plus sévères, dont l'application est plus répandue dans ces pays qu'au Canada. Les études ne tiennent pas compte de l'incidence de la police de la circulation non plus.

Les panneaux d'arrêt perdent de leur importance

Les panneaux d'arrêt servent en erreur à contrôler la priorité de passage. En vertu de la loi, tous les véhicules, y compris les bicyclettes, doivent s'immobiliser complètement à un panneau d'arrêt avant de poursuivre leur chemin.

Il importe toutefois de signaler que dans bon nombre de villes canadiennes, les panneaux d'arrêt servent à ralentir la circulation. Plusieurs conducteurs font des arrêts à la new-yorkaise. Pire encore, certains agissent comme s'il n'y avait même pas de panneaux d'arrêt. Au fur et à mesure que les panneaux d'arrêt se multiplient dans les voies secondaires, les cyclistes présument qu'ils ne sont pas tenus de les observer. Tout cela donne donc le mauvais exemple aux enfants qui voient les adultes faire fi des panneaux d'arrêt.

Les experts oeuvrant dans le domaine de la sécurité, ainsi que les éducateurs et éducatrices, craignent que les gestes des adultes aient nuit au respect des panneaux d'arrêt à titre de dispositif de signalisation.

Lorsque chaque seconde est précieuse

Un incendie qui se propage rapidement peut détruire un édifice en l'espace d'une minute. Une minute, c'est le temps dont dispose peut-être un enfant gravement blessé, une personne ayant fait une crise cardiaque ou une personne se trouvant dans une autre situation d'urgence. Un criminel peut se sauver de la scène du crime dans moins d'une minute. Pour les véhicules de lutte contre les incendies, les ambulances et les voitures de police, chaque seconde compte.

Un retard d'à peine une minute imputable aux bosses de décélération ou à un embouteillage sur les rues étroites, peut être une question de vie ou de mort. Un mauvais écoulement de la circulation sur une route d'accès menant à un hôpital met des vies en jeu. Les problèmes de déneigement attribuables aux rues bloquées et à d'autres moyens visant à ralentir la circulation prolongeront les retards en hiver, lorsqu'il y a bon nombre d'incendies résidentiels et urgences médicales. On fait peu de cas des questions ayant trait à la responsabilité découlant du ralentissement de la circulation.

Favoriser un comportement prudent

La vie filant à une vitesse ahurissante de nos jours, ce n'est pas étonnant que la circulation lente enflamme les automobilistes. Ceux et celles ayant un horaire à respecter, tels que les parents occupés qui conduisent leurs enfants, sont encouragés à prendre des risques.

Si on enlève des voies et si on transforme la route en course à obstacles, on va frustrer des automobilistes qui vont à leur tour commettre des infractions dangereuses aux règlements de la circulation. Les automobilistes frustrés effectuent des virages dangereux aux feux rouges ou brûlent des feux rouges. Quant aux conducteurs, ils contournent les bosses de décélération, en empiétant sur les pistes cyclables afin d'éviter d'endommager leur véhicule.

Certains parents veulent même bloquer les rues pour que leurs enfants puissent y jouer. Il s'agit d'un raisonnement erroné parce que les enfants ne devraient pas jouer dans les rues. Des aires de jeu sûrs loin de la circulation et près des collectivités constituent une bien meilleure solution. Corrigeons l'erreur au lieu de la légitimer!

Si la sécurité est véritablement le but, allions l'éducation de la sécurité publique à une infrastructure qui répond à un comportement normal.

Rues engorgées, air pollué

L'engorgement des routes accroît la consommation d'essence et les émissions dangereuses, telles que l'oxyde de carbone, les particules en suspension et autres émissions toxiques. Ressources naturelles Canada a déterminé que si chaque automobiliste canadien évitait de laisser son moteur tourner au ralenti pour seulement cinq minutes par jour, plus de 1,4 million de tonnes de CO2 ne seraient pas dégagées dans l'atmosphère, ce qui réduirait leur contribution aux changements climatiques.

Le trafic discontinu a une incidence sur l'environnement et donc sur la santé et la qualité de la vie.

Effets d'entraînement

Les bosses de décélération et les voies bloquées gênent le déneigement un dossier important au pays. Elles ont également pour effet de faire ralentir les autobus et d'augmenter la consommation d'essence, en plus de compliquer les horaires. L'entretien supplémentaire des véhicules et rues (dont la réparation des bosses de décélération) se traduira par des dépenses considérables et imprévues.

Que les conducteurs fassent de la vitesse ou pas, les bosses de décélération endommagent les véhicules. Ce sont les propriétaires de véhicules de promenade respectueux de la loi qui devront supporter les frais des réparations supplémentaires en raison de l'usure causée par les bosses de décélération.

Les commerces notamment les détaillants et les restaurants ne veulent pas que les taxes en augmentation constante empêchent leurs clients de se rendre chez eux. Une circulation fluide est essentielle à l'économie locale.

Des études portant sur la décélération de la circulation font état d'une diminution du volume de circulation et des vitesses, ainsi que d'une baisse modérée du nombre de collisions. Elles ne font toutefois aucune évaluation de la mesure dans laquelle la circulation, les conducteurs faisant de la vitesse et les collisions ont augmenté sur d'autres rues d'habitation ou sur les rues déjà engorgées. Il faut prendre le temps de régler les problèmes au lieu de les changer de place.

Une excuse?

La décélération de la circulation a pour but d'empêcher les automobilistes de faire de la vitesse. Certains intervenants avouent qu'ils sont en faveur de ces mesures parce qu'ils sont frustrés par le manque d'efforts au niveau de la mise en application de la loi.

L'application des règlements de la circulation est la question fondamentale. Il faut prévoir des ressources pour une meilleure application :

  • La police doit faire sentir sa présence et agir aux endroits à problème. Une politique rigoureuse et dynamique que soutient le service de police tout entier est une exigence minimale. Les coûts seront récupérés en partie grâce aux amendes. Une meilleure mise en application des règlements de la circulation permet à la police d'appréhender les personnes recherchées pour d'autres infractions, parce que bon nombre de personnes qui commettent des infractions au code de la route sont des récidivistes chroniques.
  • Les outils électroniques de mise an application de la loi, tels que le radar photographique et les caméras aux feux circulation, se sont avérés efficaces dans plusieurs juridictions. Les amendes font plus que couvrir les frais. Et les amendes pénalisent les contrevenants au lieu du grand public.

Des recherches démontrent que l'appréhension perçue constitue un élément de dissuasion efficace. Si les automobilistes croient qu'ils vont probablement se faire prendre, ils seront beaucoup moins enclins à commettre une infraction au code de la route.

Pour empêcher les automobilistes de faire de la vitesse, il faut fixer des limites de vitesse réalistes et les faire respecter à la lettre. La majorité des gens s'y conformeront.

Des dépenses judicieuses pour améliorer la sécurité

Pour faire le meilleur usage possible des recettes fiscales, les gouvernements locaux doivent se doter d'un plan intégré en matière de sécurité routière qui prend en compte toute la collectivité.

La construction d'obstacles en vue d'entraver la circulation constitue un gaspillage pur et simple de l'argent des contribuables. Le Conseil canadien de la sécurité conseille donc vivement aux municipalités d'investir dans des mesures de sécurité qui ont fait leurs preuves.

  • Dans certaines collectivités, les ressources affectées à la mise en application des règlements de la circulation ont diminué à un point tel qu'elles sont maintenant inadéquates. L'application préventive des règlements de la circulation doit figurer en tête de liste des priorités.
  • Au lieu de transformer les rues en terrains de jeu, aménageons des aires de jeu et des installations de loisirs où les enfants pourront s'amuser en toute sécurité, loin de la circulation.
  • S'attaquer aux problèmes précis de la circulation en adoptant des solutions intelligentes et rentables qui ne compromettront pas la sécurité et qui ne pénaliseront pas les citoyens respectueux de la loi (p. ex. les panneaux A Cédez le passage , les restrictions sur les virages et le stationnement, la synchronisation des feux de signalisation, l'éclairage).
  • Investir dans la sensibilisation de la population dans le but de changer les perceptions, comportements et attitudes qui entraînent des collisions.