Les aînés au volant et les médicaments

Peu importe l'âge, conduire un véhicule automobile est synonyme d'autonomie. Mais pour conserver cette autonomie, il faut faire montre de prudence au volant.

Les conducteurs aînés ont également beaucoup tendance à consommer plusieurs médicaments à la fois, dont certains peuvent affaiblir les facultés au volant. Pour être un conducteur prudent, il faut donc suivre les indications à la lettre et savoir de quelle façon les médicaments peuvent réduire l'aptitude à conduire.

Selon le Conseil canadien de la sécurité, les principaux facteurs en cause dans les accidents impliquant les conducteurs aînés sont : un taux de réponse lent, difficulté à voir le panneau, l'automobile ou le piéton, et l'interaction avec les autres automobilistes. Les médicaments peuvent pour leur part rendre un conducteur plus vulnérable à ces facteurs. Les Canadiens de 65 ans et plus consomment en moyenne neuf médicaments différents par jour, y compris les médicaments sur ordonnance, les médicaments en vente libre et les produits phytopharmaceutiques.1

De quelle façon les médicaments affaiblissent-ils les facultés ?

Les médicaments peuvent avoir des effets bénéfiques ou néfastes sur l'aptitude à conduire. Certaines personnes, notamment celles atteintes d'épilepsie, ne peuvent pas conduire sans médicaments. Un conducteur aîné atteint de dépression non traitée court plus de risques parce qu'il éprouve plus de difficulté à se concentrer et met plus de temps à prendre des décisions. Une personne qui suit un traitement peut aussi être à risque. À preuve, 10 milligrammes de Valium® (pour combattre l'anxiété) peut réduire autant les facultés au volant qu'un taux d'alcoolémie de 0,10. En vertu du Code criminel, la limite légale est de 0,08 au Canada.

On compte des médecins qui prescrivent des benzodiazépines, pour combattre l'anxiété et l'insomnie chez les aînés. Il s'agit de médicaments qui peuvent provoquer la somnolence, réduire les fonctions motrices et occasionner la confusion.

Les médicaments qui vous ralentissent ont également pour effet de réduire votre capacité de prendre des décisions et de traiter rapidement l'information. Les aînés qui prennent des analgésiques contenant de la codéine ou du propoxyphène peuvent éprouver un sentiment de sédation et se retrouver avec des facultés légèrement affaiblies. Même les médicaments en vente libre peuvent réduire les facultés au volant. Les antihistaminiques peuvent, par exemple, occasionner de la somnolence et réduire la capacité de concentration. Les calmants ou les médicaments contre le rhume, tels que les comprimés contre le rhume, les sirops contre la toux et les somnifères (hypnotiques), peuvent réduire l'aptitude à conduire. Il est à noter que la plupart des aînés ne prennent pas la peine de discuter avec leur médecin des médicaments en vente libre qu'ils consomment.

Tout mélange de médicaments peut avoir de malencontreux effets secondaires et occasionner de mauvaises réactions. Si vous avez plus d'un médecin qui vous prescrit des médicaments, ou si votre médecin ne sait pas que vous prenez des médicaments en vente libre, vous pourriez courir des dangers.

L'alcool a également une grave incidence sur le corps, aux plans physique et psychologique. Avec l'âge, la tolérance à l'alcool diminue de façon constante, et le corps élimine l'alcool moins rapidement. Mélanger l'alcool et les médicaments est risqué, et ce, que vous soyez au volant ou pas. Cela peut même vous faire tomber. Pour être à l'abri de ces effets, ne consommez pas d'alcool si vous devez prendre le volant.

Toute personne, dont les facultés sont affaiblies par les médicaments, l'alcool ou un mélange des deux, ne met non seulement sa vie danger, mais pose également un geste inacceptable au plan social. Elle commet aussi une infraction au Code criminel.

Petits conseils sur les médicaments à l'intention des aînés au volant

Conduire étant une tâche complexe, vous ne devriez jamais prendre de médicaments, dont ceux en vente libre, les remèdes à base de plantes médicinales ou autres remèdes.

  • Prenez vos médicaments en suivant les indications à la lettre.
  • Demandez à votre médecin ou pharmacien de vous expliquer les effets secondaires qu'ont les médicaments sur ordonnance sur la conduite, et si une faible quantité d'alcool peut accroître leurs effets.
  • Assurez-vous que le mélange de médicaments ne réduit pas vos facultés au volant. Si vous consultez plus d'un médecin à la fois, assurez-vous qu'ils sont tous au courant des médicaments que vous prenez.
  • Ne mélangez jamais les médicaments, n'en donnez jamais à une autre personne, et ne les prenez jamais avec de l'alcool.
  • Si on peut lire sur l'étiquette « Ne pas utiliser aux commandes de machinerie lourde », demandez à quelqu'un d'autre de prendre le volant. Il se peut même qu'avec certains médicaments, vous ne soyez pas en mesure de conduire. En cas de doute, ne prenez pas le volant.
  • Suivez un cours de perfectionnement des conducteurs, tel que 55 ans au volant du Conseil canadien de la sécurité. Vous pourrez ainsi vous familiariser avec les changements qui s'opèrent lors du vieillissement au niveau de l'ouïe, de la vue, de la souplesse et du temps de réaction et apprendre du même coup à composer avec ces changements.

Les effets de certains médicaments chez les aînés

Les aînés au volant doivent savoir comment certains médicaments sur ordonnance et en vente libre peuvent réduire leur aptitude à conduire. En voici quelques exemples.

Problème de santé

Type de médicament

Éventuels effets

Anxiété

Les sédatifs (calmants)

Somnolence, titubation, vue brouillé

Arthrite et rhumatisme

Les analgésiques

Somnolence, problème de concentration, tintement d'oreilles

Rhume

Les antihistaminiques, les antitussifs

Somnolence, vue brouillée, étourdissement

Fatigue

Les stimulants

Surexcitabilité, fausse sensation de vivacité, étourdissement

Arythmie cardiaque

Les antiarythmisants

Vue brouillée, étourdissement

Hypertension

Les antihypertenseurs (médicaments pour réduire la pression artérielle)

Somnolence, vue brouillée, étourdissement