Ergonomie pour enfants

L’informatique fait partie intégrante de la vie canadienne, surtout chez les enfants. Pourtant, les grandes mesures de prévention des blessures reliées à l’ordinateur se limitent largement au travail.

Les troubles musculosquelettiques (TMS) sont le fléau des milieux de travail informatisés. Si leur poste de travail est aménagé sans considération pour l’ergonomie, les travailleurs peuvent souffrir de douleurs chroniques. Un changement mineur, comme le repositionnement de l’écran et du clavier, ou l’utilisation d’une chaise ajustable, élimine fréquemment le problème.

Les TMS forment une catégorie de troubles douloureux affectant les tendons, les muscles, les nerfs et les articulations du cou, du dos inférieur et supérieur, du thorax, des épaules, des bras et des mains. Ils englobent les lésions dues aux mouvements répétés (LMR), qui se manifestent après plusieurs années. Leur guérison peut s’avérer difficile et même nécessiter la chirurgie, dans les cas extrêmes.

Causés par des tâches répétitives ou des poses inhabituelles, ces troubles sont, en très grande partie, à l’origine des demandes d’indemnité pour accidents de travail. Les coûts d’invalidité motivent les employeurs à réduire ces risques. Au minimum, ils conçoivent des postes de travail répondant aux normes ergonomiques et recommandent des pauses fréquentes aux employés.

Il n’est pas rare qu’un enfant s’adonne à des jeux sur ordinateur ou qu’il navigue sur Internet durant plusieurs heures d’affilée, sans même prendre une pause. Le jeune enfant doit souvent tendre le cou pour regarder l’écran perché sur son ancien modèle d’ordinateur. L’installation d’un équipement de « taille universelle » oblige l’enfant à plier anormalement les coudes et les poignets. Ce genre de pratique ne serait jamais toléré en milieu de travail.

L’ergonomie deviendra-t-elle une bombe à retardement pour la santé de la génération ordinateur?

Les lésions de la colonne vertébrale et des tissus mous sont plus difficiles à dépister que les lésions traumatiques, comme les fractures des os, par exemple. Ce fait explique partiellement l’absence générale de statistiques sur les LMR chez l’enfant. Très peu d’études portent sur les lésions et les troubles causés par l’usage inadéquat de l’ordinateur. (Pratiquer certains sports, ou même jouer d’un instrument de musique peut également provoquer des LMR.) Néanmoins, la recherche commence à démontrer que les enfants ne sont pas à l’abri des troubles physiques pouvant découler d’une utilisation inadéquate de l’équipement informatique.

Fait anecdotique, médecins et physiothérapeutes reçoivent plus d’enfants d’âge scolaire qui présentent des douleurs trahissant l’utilisation prolongée d’un poste informatique mal adapté à leurs besoins. La gravité des blessures observées chez les adultes soulève des questions épineuses quant aux effets de l’ordinateur sur les enfants.

  • Souffriront-ils de douleurs chroniques à l’âge adulte? Les TMS se manifestent après nombre d’années; des troubles latents peuvent apparaître à un âge plus avancé. Chez les jeunes, les douleurs au dos, à la nuque et aux épaules peuvent contribuer à prédire des douleurs similaires à l’âge adulte.
  • Leur vue se détériorera-t-elle? Les longues heures passées devant l’écran d’ordinateur peuvent grandement nuire à la vision d’un enfant et causer la myopie en bas âge. Le traitement rapide des troubles de la vue contribue à prévenir ces dommages.
  • Leur croissance osseuse sera-t-elle affectée? Les os des enfants se développent et se calcifient. À la fin de l’adolescence, les os atteignent leur densité maximale. Toutefois, on ignore les effets d’une mauvaise posture prolongée (et du remplacement de l’exercice par l’ordinateur, dans certains cas).

L’école et la maison

Des habitudes et un environnement de travail adéquats revêtent autant d’importance à l’école qu’à la maison. Comme les enseignants, les parents doivent accorder une grande importance à la prévention des blessures reliées à l’ordinateur.

À cause des pressions exercées par l’informatisation, les écoles ignorent graduellement les besoins physiques des enfants en pleine croissance. Souvent, l’équipement est installé sur des pupitres ordinaires munis de chaises en plastique occupées par des enfants de toutes tailles. Les budgets d’équipement scolaire ne suffisent pas à financer des postes informatiques adéquats.

À l’école, les périodes consacrées à l’informatique ne se comparent jamais au temps passé devant l’ordinateur hors de la classe. Dans de nombreux foyers, les postes informatiques sont mal adaptés aux besoins des enfants. L’omniprésence des ordinateurs de poche aggrave la situation. Les jeunes transmettent et reçoivent des messages, jouent et naviguent sur Internet durant de longues heures consécutives, inconscients de leur posture et de leur inconfort physique.

Les bases

L’interaction physique des enfants avec l’ordinateur et les effets de cette interaction exigent des recherches approfondies. Le matériel informatique et les logiciels évoluent, tout comme leurs modes d’utilisation. Pour l’instant, les connaissances sur l’usage des ordinateurs de bureau par les adultes s’appliquent aux enfants.

Pour créer un poste informatique conventionnel, privilégiez une installation adaptée de l’équipement, ainsi que des meubles favorisant une bonne posture et une position adéquate des mains :

  • Lorsque l’enfant plie les coudes à 90 degrés environ, le clavier et la souris doivent se trouver directement sous ses doigts, et ses avant-bras doivent être détendus. Lorsque l’enfant utilise le clavier ou la souris, ses poignets ne doivent casser ni vers le haut, ni vers le bas, ni vers les côtés; cette position prévient le syndrome du tunnel carpien. La souris doit se trouver tout près du clavier, pour en faciliter l’atteinte. Puisque l’utilisateur a de petites mains, investissez dans l’achat d’un clavier et d’une souris pour enfant.
  • L’enfant ne doit jamais tendre le cou pour regarder l’écran. Positionnez le sommet de l’écran à la hauteur du front de l’enfant. L’écran doit se trouver sous la hauteur de l’œil, mais vis-à-vis de l’enfant; évitez de le déplacer de côté. Pour réduire la fatigue des yeux, assurez-vous que l’enfant s’assoit à un bras de distance de l’écran. Éliminez les reflets de l’écran, ajustez sa luminosité et réglez la taille des caractères pour assurer le confort des yeux de l’enfant.

Si des personnes de différentes grandeurs utilisent le même poste informatique, un clavier ajustable et une chaise pneumatique assureront leur confort. Cependant, si les meubles ne peuvent s’ajuster, l’enfant doit utiliser une chaise le positionnant à une hauteur adéquate par rapport à l’équipement. Si l’enfant doit occuper une chaise haute, fournissez-lui un repose-pieds et un oreiller pour soutenir son dos.

Des pauses actives et des changements fréquents de position stimulent la circulation et favorisent la relaxation des yeux. Si l’enfant passe plus d’une heure devant l’ordinateur, insistez pour qu’il change fréquemment de posture et se lève à toutes les demi-heures environ. Prévoyez également des examens réguliers de la vue et encouragez l’exercice récréatif, pour compenser toutes les périodes d’inactivité physique.