Sur la ferme, bien travailler c’est bien se protéger !

L’agriculture est depuis longtemps un mode de vie pour plusieurs Canadiens. La plupart des fermes au Canada sont des entreprises familiales. Lorsque la maison sert à la fois de résidence et de site industriel, il faut toujours faire passer la sécurité en premier.

Des mesures de précaution simples

Plus de la moitié des blessures graves subies à la ferme se produisent lorsque la victime travaille seule. Par ailleurs, 26 % se produisent en présence d’un membre de la famille. Toute personne qui s’est retrouvée devant un accident à la ferme vous dira que c’est une situation traumatisante, surtout lorsque la victime est un membre de la famille, un ami intime ou un voisin. Ce que vous faites dans les secondes suivant la découverte peut faire toute la différence entre le rétablissement et la mort.

Le premier pas que doit prendre toute personne à la ferme pour se préparer à toute éventualité est de suivre un cours de premiers soins et de respiration artificielle. Cette formation pourra vous aider à surmonter le choc que produirait la situation; sans quoi, vous risqueriez d’être dans l’impossibilité de penser droit et de prendre des décisions logiques. Il est également recommandé de placer une trousse de premiers soins dans des endroits stratégiques.

C’est le type d’accident, la sévérité de la blessure, et votre habileté à administrer les premiers soins ou la respiration artificielle comme il faut qui détermineront si vous devez aller chercher de l’aide immédiatement ou si vous devez commencer à prêter assistance. Assurez-vous de bien juger la situation afin que ni vous ni les secouristes ne mettent leurs vies en danger ou risquent de se blesser.

Vous pourriez également songer à vous acheter un radio bidirectionnel ou un téléphone cellulaire pour aider ceux et celles qui travaillent dans des champs éloignés à rester en contact avec les membres de la famille. À tout le moins, assurez-vous de dire aux membres de la famille l’endroit précis où vous allez, et combien de temps vous prévoyez y être.

Le tracteur et les machines agricoles

Le tracteur est la principale cause de décès sur la ferme. Les retournements et les renversements de tracteurs comptent pour près de la moitié des décès sur la ferme; d’autres machines agricoles sont cause d’un quart des autres décès. Pour chaque décès, il se produit plusieurs blessures graves.

Les blessures causées par les tracteurs et les machines agricoles pourraient être évitées en faisant de la sécurité une priorité en tout temps. Le Programme canadien de la sécurité agricole (PCSA) offre les conseils suivants :

  • Équipez le tracteur d’un arceau de sécurité et d’une ceinture de sécurité - et bouclez-vous.
  • Réglez les roues à l’intervalle le plus large convenant au travail à effectuer.
  • N’approchez pas des fossés, des ruisseaux et des pentes abruptes.
  • Réglez votre vitesse conformément aux conditions et à la charge - ne laissez pas votre tracteur rebondir.
  • Verrouillez ensemble les pédales de freins avant de rouler à haute vitesse - et ralentissez avant de tourner.
  • Gardez la benne d’un chargeur avant le plus bas possible au cours de vos déplacements.
  • Utilisez des contre-poids lorsque requis.
  • N’accrochez une charge que sur la barre d’attelage du tracteur - pas plus haut.
  • Utilisez des poids pour augmenter la stabilité du tracteur.
  • Mettez le tracteur en marche lentement, et changez de vitesse graduellement.
  • Évitez si possible de reculer dans un côte.
  • Contournez les fossés plutôt que de les traverser.
  • Si vous êtes enlisés dans la boue, tentez de vous en sortir en faisant reculer le tracteur. Si cela ne fonctionne pas, remorquez-le à l’aide d’un autre tracteur.
  • Assurez-vous de ne jamais transporter de passagers sur les tracteurs et sur les remorques.
  • Avant de démarrer, assurez-vous que personne n’est en arrière, en dessous ou en avant du tracteur.
  • Assurez-vous que les jeunes enfants ne s’approchent jamais d’un tracteur.
  • Formez et surveillez les nouveaux conducteurs avant de leur permettre de conduire un tracteur.

Les gaz d’ensilage

Le dioxyde d’azote (NO2) est le nom chimique d’un gaz d’ensilage mortel. Les produits frais à ensiler, coupés et soufflés dans les silos, produisent ce gaz par fermentation. Le NO2 étant plus lourd que l’air, il se loge et s’accumule au-dessus de l’ensilage. À une concentration adéquate, ce gaz mortel peut se répandre dans la chute du silo, dans les salles d’alimentation et dans les étables adjacentes. Dans ces circonstances, le NO2 présente un grave danger pour les êtres humains et les animaux.

Le risque d’exposition au gaz d’ensilage est le plus important durant les trois semaines qui suivent le remplissage du silo. Des décès par accident et de graves blessures aux poumons découlant de l’exposition au NO2 surviennent d’habitude dans de silos de chargement par le dessus. Ceux et celles qui pénètrent dans l’espace libre de ces structures durant les travaux de nivelage, de scellement et de mise en place de la désensileuse s’exposent à des risques extrêmes.

Tenez compte des signes avertisseurs :

  • Une odeur semblable à celle d’un javellisant;
  • Un brouillard brun jaunâtre au-dessus de l’ensilage ou près du fond de la salle d’alimentation;
  • Des mouches, chats ou rongeurs morts sur le plancher de la salle d’alimentation, ou des oiseaux morts dans le silo.

Si vous notez un de ces signes, faites immédiatement sortir les gens et le bétail, et mettez en marche la souffleuse à ensilage afin d’évacuer les gaz toxiques du silo.

L’exposition à de fortes concentrations de gaz d’ensilage peut toutefois entraîner une mort presque instantanée! La victime n’aura probablement même pas le temps de déceler des symptômes respiratoires, tels qu’une sensation de brûlure dans le nez, la gorge et la poitrine.

Voici quelques pratiques sécuritaires qu’offre la Farm Safety Association :

  • Placez une pancarte « Gaz d’ensilage » à proximité du silo. Interdisez aux enfants et aux visiteurs de se rendre à proximité des silos durant les trois semaines qui suivent le remplissage.
  • Communiquez avec votre service des incendies ou avec un autre service d’urgence afin de déterminer si un appareil respiratoire par pression à distance est disponible en cas d’urgence.
  • Assurez-vous que la salle d’alimentation est ventilée afin d’évacuer les gaz d’ensilage qui peuvent se répandre dans la chute ou être soufflés à l’extérieur par la désensileuse. S’il n’y a aucune ventilation, fermez bien la porte de la salle d’alimentation en tout temps afin d’éviter toute contamination de l’étable.
  • Réglez le distributeur pour que l’ensilage soit nivelé durant le remplissage. N’entrez pas dans le silo pour niveler les produits ensilés. S’il faut pénétrer dans le silo une fois le remplissage terminé, faites-le dès que vous avez effectué le dernier chargement. N’attendez pas jusqu’au lendemain! Laissez la souffleuse en marche pendant que vous êtes dans le silo.
  • N’entrez jamais dans un silo sans cordon de sécurité retenu par quelqu’un à l’extérieur du silo. Ventilez toujours l’espace libre dans le silo avant d’y pénétrer.

Si vous ressentez des brûlures à la gorge (peu importe leur intensité) à proximité d’un silo qui a été rempli récemment, quittez les lieux et prenez de l’air frais le plus rapidement possible.

Si quelqu’un s’effondre en effectuant des travaux dans un silo, mettez immédiatement en marche la souffleuse à ensilage. L’air frais est essentiel pour la victime et les sauveteurs.

Soyez prêt avant un désastre

Certaines situations d’urgence sont évitables, tandis que d’autres, telles que les ouragans ou les tempêtes de verglas, se produisent sans que le fermier y puisse quoi que ce soit. Songez à ce qui pourrait arriver s’il se produisait un désastre et planifiez. Partez du bon pied en consultant la liste de vérifications ci-dessous que vous offre le Conseil canadien de la sécurité :

Préparez une trousse de survie d’urgence
Votre trousse de survie d’urgence devrait suffire à vos besoins pendant au moins trois jours. Elle devrait inclure : radio à piles avec des piles supplémentaires, une lampe de poche, une provision d’aliments en conserve et d’aliments secs, de l’eau, un ouvre-boîte, une trousse de premiers soins, un sac de couchage ou deux couvertures par personne, des tablettes de purification d’eau ou de l’eau de javel à base de chlore.

Pendant une panne de courant
Déterminez comment accéder aux rations stockées dans les greniers ou dans les silos (ex. utilisez la prise de puissance d’un tracteur). Déterminez comment distribuer le foin et le fourrage. Repérez des sources fiables d’eau potable (ex. la caserne de pompiers, une génératrice pour alimenter votre pompe à eau, les étangs, etc.).

Affichez les numéros d’urgence
Affichez une liste des numéros d’urgence près des téléphones, ainsi que les indications pour se rendre à la ferme (kilométrages et points de repère). Lorsque les gens sont surexcités ou angoissés, il est possible qu’ils oublient ces renseignements importants à moins qu’ils ne soient écrits.

Pannes d’électricité
Chaque membre de votre famille devrait savoir comment couper l’arrivée du courant au panneau principal, et comment fermer les vannes principales d’alimentation en eau et en gaz. Ne coupez pas le gaz à moins qu’il y ait une fuite ou un feu. Seul un technicien qualifié peut rétablir l’arrivée du gaz.

Génératrices
Faites appel à un électricien qualifié pour installer un interrupteur bipolaire de transfert à lame double à l’endroit où la génératrice sera branchée à votre maison et aux autres bâtiments. Cet interrupteur va empêcher l’électricité produite par votre génératrice d’entrer sur le réseau public et de menacer la sécurité des monteurs de ligne. Gardez toujours votre génératrice à l’extérieur.

Grâce à la Semaine nationale de la sécurité agricole, le Conseil canadien de la sécurité s'évertue depuis 35 ans à souligner l'importance d'être diligent et prudent à la ferme.