Portez votre gilet de sauvetage en tout temps!

La Semaine nationale de la sécurité estivale
du 1er au 7 mai 2015

Après un hiver interminable, le printemps pointe finalement le bout de son nez dans la plupart des régions du pays. Alors que de nombreux Canadiens attendent avec impatience de pouvoir se livrer à des activités récréatives sur l'eau, les jours qui rallongent marquent aussi le début de la saison où les blessures et décès liés à l'eau sont les plus nombreux.

La Semaine nationale de la sécurité estivale se déroulera cette année du 1er au 7 mai et le Conseil canadien de la sécurité rappelle aux Canadiens qu'il est important de porter un gilet de sauvetage.

Selon une enquête faite auprès de l'industrie en 2013, environ 44 p. 100 de Canadiens font de la navigation de plaisance chaque année. Bien qu'il semblerait qu'un plus grand nombre de plaisanciers se conforment à la réglementation de Transports Canada et équipent leurs bateaux de gilets de sauvetage, près de la moitié d'entre eux ont indiqué dans le cadre d'un sondage effectué en 2012 qu'ils ne portaient pas tout le temps leur gilet de sauvetage.

« Si vous prévoyez trouver votre gilet de sauvetage et le mettre après être tombé dans l'eau, vous risquez votre vie et celle des autres », déclare Jack Smith, président du Conseil canadien de la sécurité. « Soyez prudents pour éviter d'être dépassé par les événements ».

C'est une leçon durement apprise par Don Cherry, personnalité au franc-parler bien connue de la télévision. Il a failli se noyer en 2012, incident qu'il a relaté dans son autobiographie Straight Up and Personal. Pour essayer de récupérer un pédalo qui avait dérivé du quai de son chalet près de Kingston en Ontario, Don Cherry est parti dans un canot sur le Saint-Laurent. Il avait décidé d'ignorer la suggestion faite par sa femme de mettre un gilet de sauvetage, décision qu'il a regrettée lorsque le canot a chaviré. S'agrippant au canot renversé, il décrit comment son énergie s'est rapidement amenuisée en essayant de se maintenir à flot, l'empêchant ainsi de nager jusqu'à la rive. Heureusement, des voisins l'ont vu à temps et ont appelé de l'aide. « J'étais sûr que j'allais mourir », a-t-il dit à un journaliste du Kingston Whig-Standard.

Heureusement pour sa famille, ses amis et ses admirateurs, le célèbre octogénaire a survécu pour pouvoir raconter son expérience, mais de nombreux plaisanciers n'ont pas la même chance. De 1991 à 2008,167 personnes en moyenne ont péri chaque année à la suite d'accidents de bateau, selon la Croix-Rouge canadienne. De ce chiffre, neuf sur dix ne portaient pas de gilet de sauvetage ou ne l'avait pas ajusté correctement.

Un grand nombre de noyades peuvent être évitées. Si vous aimez la navigation de plaisance, l'une des choses les plus importantes que vous puissiez faire pour éviter de vous noyer est d'avoir un gilet de sauvetage et de le porter chaque fois que vous êtes à bord d'un bateau.

Perceptions largement répandues à propos des gilets de sauvetage :

« Je n'ai pas besoin de gilet de sauvetage car je sais très bien nager ».

Chaque année, même de bons nageurs se noient. Lorsque la capacité de nager a été notée par les coroners, près de la moitié de ceux qui avaient péri dans des accidents de bateau étaient de bons, voire d'excellents, nageurs, selon la Croix-Rouge canadienne. Même un nageur chevronné peut être rapidement dépassé par des facteurs comme le poids de vêtements imprégnés d'eau, la désorientation et la panique à la suite d'un plongeon inattendu, l'épuisement attribuable à la nage à contre-courant et les effets ankylosants de l'eau froide.

Plongez dans une eau dont la température est inférieure à 15 ° Celsius et vous pourriez souffrir d'un choc hypothermique, réaction physiologique qui rend l'autosauvetage plus difficile. Un choc hypothermique peut causer une hyperventilation, une perte de conscience, des palpitations cardiaques et même un arrêt cardiaque chez ceux qui souffrent déjà de maladies cardiaques. Si votre bateau chavire dans l'eau froide, un gilet de sauvetage bien ajusté vous donnera le temps voulu pour évaluer la situation et parvenir en lieu sûr.

« Seuls ceux qui n'ont jamais fait de bateau devraient porter un gilet de sauvetage ».

Malheureusement, même si vous faites de la navigation de plaisance depuis des années, votre aptitude à flotter n'y changera rien. Au contraire, plus vous passez de temps dans un bateau, plus vous êtes susceptible de devoir faire face à des imprévus et plus vous profiterez davantage de votre bateau si vous avez l'habitude de porter correctement votre gilet de sauvetage. Lorsque l'expérience de la navigation de plaisance était connue, 66 p. 100 des personnes décédées à la suite d'accidents de bateau étaient expérimentées alors que 34 p. 100 seulement étaient des plaisanciers occasionnels ou inexpérimentés.

Si vous êtes un plaisancier chevronné, vous représentez sans doute un modèle pour d'autres. La décision que vous prendrez de porter votre gilet de sauvetage aidera d'autres personnes à faire le bon choix aussi.

« Je ne porte mon gilet de sauvetage que lorsque le temps est mauvais ».

Paradoxalement, les accidents de bateau pourraient en fait être plus courants lorsque le temps est beau et que l'eau est calme. Les survivants de quasi-noyades rapportent fréquemment comment une tâche ou une activité qui n'avait rien d'exceptionnel a rapidement tourné à la catastrophe.

SOUVENEZ-VOUS, un gilet de sauvetage n'est utile que si vous le portez. 

Pour de plus amples renseignements, veuillez vous adresser à:

Directeur général des programmes 
Conseil canadien de la sécurité
(613) 739-1535, poste 226
 
Coordonnatrice des médias et des communications
Conseil canadien de la sécurité
(613) 739-1535, poste 228